Je m'appelle Marc Ozias

Je suis né en 1994 dans le Jura.

Autour de moi, des vignes, des forêts de sapins, des week-ends entiers passés à jouer sur des bottes de foin ou sur la grande charrette de mon grand père, des heures à arpenter les routes de montagne à vélo tracté par une ficelle pour que ce soit plus facile, des jours à regarder le petit potager de ma sœur et moi, à attendre que les tomates poussent. 

 

Mais au fond de moi coulent des images de Paris, des rêves de Mademoiselle Chanel et de Louis Vuitton, ce compatriote Jurassien qui avait lui aussi quitté les rivières et les sapins. Aux rentrées, j'écris sur mes feuilles d'information que je rêve d'être créateur, d'avoir une boutique ou peut-être même vingt-cinq. Je passe mon enfance, blotti dans ma tête à plus rêver que vivre. 

 

À 15 ans, je dessine mon premier sac à main puis un deuxième et un troisième. Je m'invente des noms et je dessine la boutique de mes rêves, si réelle que je pourrais presque glisser la clef dans la serrure. À 21 ans, comme plongé dans un énième rêve je deviens maroquinier, au service de la maison Chanel, je découvre enfin le cuir, je le touche et tombe amoureux. Un an après, je suis les traces de mon idole et monte à Paris, mieux encore je deviens malletier chez lui, entre les quatre murs qu'il a fait construire en 1859. Louis Vuitton Malletier est alors brodé sur mon tablier, brun sur beige. 

 

Moi, ce petit garçon qui rêvait plus qu'il ne vivait, vivait enfin ses rêves. J'ai alors rendu mon tablier beige et cessé de m'inventer des noms, ce sera Ozias, mon deuxième prénom, celui de mon arrière grand père et celui de mon papa. Les sacs seront en bois en hommage aux forêts du Jura, les cuirs seront lumineux et les couleurs seront douces en hommage au petit garçon qui n'a jamais vraiment grandi.

©Copyright 2020   |  OZIAS

contact : ozias.paris@gmail.com